rewind, replay, rebound (deluxe)

nom du groupe : Volbeat

Nom de l’album : rewind, replay, rebound (deluxe)

Genre de musique : rock, rockabilly, hard rock, heavy metal, stoner rock et groove metal

dates de sortie : 2/08/19

Quel est le background du groupe et ce que je conseille

Volbeat est un groupe qui c’est formé en 2001 en suède a Copenhague dans un mouvement musical toute aussi varier, passant du heavy bien violant au rockabilly. Leur morceau sont aussi bien formés structurellement, accompagnant bien le chant de Michael Poulsen particulièrement chaud et dansent, mais les musiciens sont tout autant a son niveau, du genre Rob Caggiano qui a un style de guitare qui se marie bien avec le groupe. C’est une alchimie parfaite qui montre que le chanteur a su bien s’entourer, musicalement parlant. Bon parlons de cet album, que vaut t’il ?

Hein vous voulez le savoir vous les metalleux buveur de bière !

L’album/Impressions

Commençons par le premier morceau . l’ouverture commence par « The Last Under The Sun » est sa claque sévère (comme ton papa qui te fout une claque le dos quand tu as un 20/20 en math), en gros ça te déboîte et ça te donne envie de headbang comme jamais. Personnellement je la trouve aussi dansante que « The Devil ‘s Bleeding Crown » de leur 6 ème album j’ai adoré même si l’album n’est pas a son niveau (mais on en reparlera plus en détail a la fin), tout de suite après on enchaîne sur « Pelvis On Fire » et là ça commence avec un riff bien groovy comme ils savent le faire, puis le chanteur rentre en scène et là je me prends une deuxième claque, surtout quand c’est le moment du long riff de fin et quand vient au tour de « rewind the exit ». Le riff commence toujours aussi groovy puis les guitares lache un léger crunch pour repartir avec la guitare rythmique sur un saturation douce et entraînante, et sa pendant toute première partie, toujours avec le chant du chanteur qui et diablement entrainante. Puis viens le solo qui est juste magnifique, puis du calme avant de repartir sur le riff principal. Sur cette chanson je me sens comme sur la route sur une harley davidson en plein desert. La prochaine c’est « die to live » en feat avec Neil fallon avec sa voie grave et groovy, ce qui se marie bien avec la voix de notre chanteur. Un morceau a là rockabilly puis le solo toujours aussi entraînant et ce piano de toute beauté qui soutien bien, enfin bref cette chanson et toute aussi diablement entraînent et la fin avec le piano et le sustain des guitares pour cloturer cette chanson. Et là je commence a avoir un lacement de ce groupe avec « When We Were Kids » avec une intro acoustique certes belle mais vachement répétitif, donc je suis à moitié satisfait de ce groupe malgré leur très bonne set-list que je trouve très varié dans les styles du groupe. Certes le groupe a de très bonnes musiques mais ont se lasse très vite de leurs musique pour passé a autre chose, pour en finir avant de passé a la conclusion, le feat avec Neil Fallon et une très bonne chose surtout vue la carrière du gars, c’est une bonne chose pour le groupe. Ma musique préférer de cet album, c’est « cloud 9 » qui me fait repenser a mes années au collège, et sa c’est un bon point. Bref passons a la conclusion !

La conclusion et la note finale

Pour en conclure, cet album est beaucoup plus mature que c’est prédécesseur, d’ou le nom de «  rewind, replay, reborn » qui signe un renouveau pour le groupe, mais comme a chaque fois je m’en lasse très vite pour passé a un autre album, je lui mets donc la note de :

6,5/10

review signé

Flavien Pascau

gérant de là webzine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *